Catégories
Actu photo

Kodak met en vente ses brevets pour renflouer ses caisses

Le 19 janvier dernier, une annonce été venue bousculer le petit monde de la photographie : Kodak, le géant de la photographie mondiale, était placé sous la protection du chapitre 11 de la loi états-unienne sur les faillites, afin de se restructurer à l’abri des demandes de ses créanciers. La nouvelle avait surtout affecté les amateurs d’argentique, dont Kodak constituait l’un des principaux fournisseurs d’appareils, de pièces détachées et de pellicules.

En pleine restructuration, l’entreprise américaine a supprimé des milliers d’emplois, ainsi que de nombreux secteurs de son activité. Et pour renflouer sa trésorerie, ses créanciers ont exigé de Kodak qu’elle vende de nombreux brevets (environ 1100), liés à la capture, le stockage et l’analyse d’images numériques. Kodak espérait en tirer 2,6 milliards de dollars (1,9 milliards d’euros), mais le consortium ayant remporté la mise n’a eu « qu’à » débourser 525 millions de dollars (396 millions d’euros), ce qui dépasse à peine le montant minimum exigé par les créanciers du groupe. Cette vente devrait permettre à Kodak de sortir de faillite début 2013.

Mais derrière ce consortium, on retrouve des marques célèbres, moteurs actuels du marché des nouvelles technologies, telles Fujifilm, Apple, Google, Microsoft, Facebook, ou encore RIM? Huawei ou Samsung.

Ainsi donc, si Kodak risque d’avoir du mal à se refaire une place sur un marché de plus en plus bouché, ses technologies continueront à se retrouver entre nos mains. Reste la déception liée à la fermeture du secteur argentique, qui laisse orphelins de nombreux amateurs du genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.